dimanche 31 août 2008

A perfect smile

Aussi curieux que cela puisse paraître, je n'ai commencé à réaliser l'importance et le pouvoir de séduction d'un beau sourire qu'à l'âge de 40 ans.
N'ayant pas moi-même un sourire d'acteur, j'imagine que j'ai un peu zappé le concept jusqu'au jour où j'ai commencé à remarquer que certaines personnes peuvent se permettre d'ouvrir grand la bouche sur une photo. Le sourire qu'elles affichent les rend extrêmement séduisants et attirants. Il en émane une espèce de charisme, quelquechose d'indéfinissable, qui me fait dire: et pourquoi pas moi ?
Pourquoi est-ce que je n'ai pas ce grand sourire ouvert au monde, à la vie, à la personne qui me prends en photo ?


Tell me what you don't like about yourself...
Qui refuserait d'avoir le sourire du Docteur Christian Troy, célèbre chirugien esthétique de la série Nip Tuck ?
N'exagérons rien, je n'ai pas non plus une dentition à faire rigoler un poivrot édenté mais le sourire..., c'est pas ça quoi...
Et puis il me manque deux molaires. Mâchoire inférieure, dans le fond, heureusement, ça ne se voit que quand j'ouvre grand la bouche. Ce que je ne fais qu'en face de mon miroir, chez le dentiste, ou à l'occasion d'un baiser langoureux.
Ces deux molaires manquantes devraient même constituer un avantage dans le cadre de mon traitement orthodontique puisque ça laissera plus de place aux autres dents pour s'aligner correctement.
Mais je sais déjà que si je suis satisfait du résultat final, l'étape suivante sera la pose d'implants dentaires et un blanchiment complet de mes dents: je suis un ancien gros fumeur et la nicotine à laissé des tâches qui ne partent pas au détartrage.
Foutu pour foutu hein... ;-)

Enfin, pas complètement puisque j'ai souscrit à une assurance Dentalia Plus. Ce n'est pas tellement cher (6 € /mois) et ça remboursera une partie des frais dentaires à condition de ne pas être trop pressé et de ne pas faire tout le chantier la même année.
Je veux bien y consacrer un certain budget mais n'exagérons rien, je ne suis pas spécialement riche et je n'ai pas d'argent à jeter par la fenêtre.


Changer de dentiste = changer de vie
C'est un peu tiré par les cheveux, je vous l'accorde, mais je me suis fait la réflexion que quand on est pas fier de ses dents, la seule chose qu'on demande à son dentiste, c'est de ne pas nous faire mal quand il nous soigne.
Si c'est le dentiste chez qui on va depuis qu'on est tout petit, on s'habitue à lui et lui s'habitue à nous. Il sait que vous n'êtes pas de ceux à qui il faut commencer à vanter les avantages d'une dentition parfaite parceque de toute façon ça ne sert à rien. Il est déjà content et fier de vous si vous vous brossez les dents une fois par jour et si vous faites un détartrage une fois par an. Et puis de toute façon, comme en plus vous fumez et que la nicotine fait beaucoup de dégâts, pour lui vous êtes un cas desespéré.

Et puis un jour on déménage et on n' a plus envie de traverser la ville pour se rendre chez son dentiste habituel.
On en trouve un autre. De préférence une femme: elle sera attentive au côté sanitaire d'une bonne dentition mais elle sera aussi attentive au côté esthétique. En même temps elle pousse un peu à la consommation mais bon...
Et voilà que la démarche d'aller chez le dentiste prend une dimension positive.
Pendant des années, je suis allé chez le dentiste pour soigner mes carries, aujourd'hui j'y vais pour améliorer mon aspect extérieur. Avec tout ce que ça impliquera dans ma vie de tous les jours et les changements que ça devrait impliquer dans ma relation aux autres. En tous cas, ceux que je ne connais pas.
Parce que ceux que je connais, ma famille, mes amis...que mes dents soient bien droites ou fort de travers...ils s'en foutent. il me prennent comme je suis et c'est très bien comme ça.

Par contre, ce foutu miroir...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire